Sentinels, gardiens de la Terre

|

09/02/2015

Sentinels, gardiens de la Terre

En décembre 2015, la France accueille la 21e Conférence mondiale sur le climat, dans le but de lutter contre le réchauffement global de la planète. Pour comprendre ce phénomène, les satellites sont des outils essentiels : pour étudier l’atmosphère, les océans mais aussi surveiller les conséquences du changement climatique. C’est le cas des Sentinels, une flotte de satellites d’observation de la Terre nouvelle génération.

Surveiller la banquise

Surveiller la banquise

Le Nord de la Péninsule Antarctique « capturé » par Sentinel 1A, le premier satellite de la flotte lancé au printemps 2014 surveille la fonte de la banquise et des glaciers. La terre, la glace et l’eau apparaissent avec des couleurs différentes pour plus de lisibilité.

© ESA
Super vision

Super vision

Sentinel 1A est un satellite d’imagerie radar, c’est-à-dire qu’il observe la Terre, non pas à l’aide d’un objectif, mais avec un radar. Il peut fournir des images 24h/24, quelles que soient les conditions, nuages, pluie, obscurité… Même à travers la végétation.

© ESA/ATG medialab
Haute précision

Haute précision

Photo de Sentinel 1A (Oregon, USA, été 2014). Les zones irrégulières, comme les champs, apparaissent en clair, les zones plus lisses en rouge et noir. Ainsi, on distingue les zones de culture, irriguées de manière circulaire. Le radar est si puissant que l’on aperçoit des pylônes électriques : les points rouges, de haut en bas, presque au centre de l’image.

© ESA
Un séisme en image

Un séisme en image

Cette région de Californie a subi un fort séisme en 2014. Cet interférogramme combine deux images de Sentinel 1, l’une avant, l’autre après la catastrophe. Les variations de distance entre le sol et le satellite révèlent comment la terre a bougé (les cercles multicolores).

© Copernicus data (2014)/ESA/PPO.labs/Norut/COMET-SEOM Insarap study
Eruption volcanique

Eruption volcanique

Ici, Sentinel a « capturé » l’éruption du volcan de l’île Fogo (Cap Vert), avec deux images prises avant et après la catastrophe de 2014. Les satellites permettent de surveiller le volcan et donc d’aider les populations. Par exemple, en observant les mouvements du magma sous la surface.

© Copernicus data (2014)/ESA/PPO.labs/Norut/COMET-SEOM Insarap study
A l’aide !

A l’aide !

Le programme européen Copernicus regroupe toutes les données environnementales collectées sur terre, dans les airs et par les satellites, dans le but de protéger la Terre et les Hommes. Ici, les images de Sentinel 1 ont été combinées à des cartes d’une zone inondée en Bosnie Herzégovine : une aide pour les secours !

© ESA/European Commission
Naufrage

Naufrage

Image de Sentinel 1A, juillet 2014. Le Costa Concordia, ce paquebot naufragé près des côtes italiennes en 2012, est remorqué vers le port de Gênes. Toute l’opération est suivie par le satellite qui surveille le trafic maritime et les éventuelles pollutions.

© ESA
Pollution marine

Pollution marine

Les points blancs sont des plateformes pétrolières, au large de la Norvège. Autour d’elles, du pétrole rejeté avec les eaux utilisées. Cette contamination, détectable par Sentinel, n’est pas jugée suffisante pour poursuivre les pollueurs en justice.

© ESA
Des centaines d’antennes

Des centaines d’antennes

Le radar de Sentinel 1A est équipé d’une grande antenne – plus de 12 m de long - composée de 560 petites antennes individuelles, pour des images encore plus précises. Ce radar détecte des mouvements du sol d’à peine 2 mm par an !

© Airbus Defense & Space
Photo de famille

Photo de famille

La flotte Sentinel sera à terme composée de 5 types de satellite pour 5 types de mission (situations d’urgence, surveillance de l’atmosphère, etc). Chaque type compte deux satellites pour une plus grande couverture (Sentinel 1A a un frère jumeau, Sentinel 1B).

© ESA
Photographe de l’espace

Photographe de l’espace

Sentinel 2 est lancé au printemps 2015 par la fusée Soyouz. Il scrutera la Terre, non pas avec un radar, mais avec un système d’imagerie optique d’une grande précision. Comme un super appareil photo dans l’espace ! Son jumeau, Sentinel 2B, le rejoindra en 2016.

© CNES/ESA/Arianespace/optique Vidéo CSG, 2014
Liaison permanente

Liaison permanente

Plus besoin d’attendre de passer au-dessus d’une station au sol pour envoyer ses images ! Les Sentinels utiliseront le système EDRS (European Data Relay System) : des satellites relais, géostationnaires (qui survolent toujours le même point de la Terre) renverront leurs données au sol.

© ESA – P. Carril
Défilement auto | Son
Partager le diapo
Crédits

Production et réalisation

Agence SapienSapienS

Développement Web

nibelune pour SapienSapienS

© 2015 – SapienSapienS - CNES